La durabilité est une question de design

Jan Leyssens est un designer stratégique qui, ces dernières années, s’est spécialisé dans la traduction des ambitions en matière de durabilité en actions concrètes, en modèles d’affaires et en produits/services. Son but – et celui de son entreprise switchrs ? Concevoir des entreprises, des produits et des services qui génèrent un impact à court terme et guident les entreprises vers la durabilité et l’économie circulaire à long terme. Il y a deux ans Jan Leyssens a publié un article pour la section zeronaut sur www.mo.be.

Je suis toujours surpris de voir que le nombre de personnes concernées par la durabilité et qui ne s’engagent pas dans le design. Jour après jour, nous pensons à la malléabilité du monde, à la malléabilité de la façon dont nous nous organisons en tant que société. D’une certaine manière, nous sommes convaincus que nous pouvons créer un système dans lequel nous pouvons créer du bien-être pour tous, et cela dans les limites de notre globe. Et en parallèle, nous n’investissons pas de temps ni d’énergie dans le processus qui sous-tend tous ces changements. Il y a beaucoup de choses que je ne comprends pas, et cela en fait partie.

Nous nous perdons un peu trop facilement dans l’exploration des conditions préalables. En sensibilisant le public.

Parfois, j’ai l’impression que nous sommes tellement occupés à mesurer quand, à quelle vitesse, et avec quel impact nous allons conduire ce système contre le mur, que nous oublions de nous demander où est le volant et comment ces pédales fonctionnent réellement.

Dans la nature, vous avez le réflexe de combat ou de fuite, mais il y a aussi un petit frère : la paralysie. Sortez de la voie du lapin regardant dans les phares et oublier comment cela a fonctionné.

Je pense que nous nous perdons un peu trop facilement dans l’exploration des conditions préalables. En sensibilisant le public. Ce faisant, nous oublions souvent (ou ignorons ?) que la conscience n’est pas la même chose que l’action. Je pense que ce dont nous avons besoin en ce moment, c’est avant tout d’action. Des solutions. Et ce, pour les créateurs et les entrepreneurs.

Pourquoi le design ?

Afin d’éviter une discussion sémantique sur la définition exacte du design, je voudrais aborder une forme de design très spécifique : le design ontologique. Nous sommes conçus sans cesse par ce que nous avons conçu. En d’autres termes, nous ne pouvons penser que ce que nous pensons maintenant parce que nous avons conçu des choses qui nous ont permis de le faire. Tout ce que nous concevons conçoit notre esprit conscient et subconscient.

Maintenant que nous avons même trouvé des morceaux de plastique dans la Fosse des Mariannes
— l’endroit le plus profond connu de l’océan —
nous pouvons dire qu’il n’y a pas d’endroit sur terre où l’homme n’a pas conçu.

Le design ontologique est un mouvement au sein des sciences du design qui décrit le point de rencontre entre le design et la conscience (cliquez ici pour visionner une introduction sur le sujet).

Tout ce qui façonne notre monde tel que nous le connaissons a été autrefois conçu consciemment ou inconsciemment. Maintenant que nous avons même trouvé des morceaux de plastique dans la Fosse des Mariannes – l’endroit le plus profond connu de l’océan – nous pouvons dire qu’il n’y a pas d’endroit sur terre où l’homme n’a pas conçu. Il n’y a plus d’environnement naturel, mais seulement un environnement bâti.

Et c’est précisément pour cette raison qu’il est important de comprendre le processus de design. Ce processus qui est à la base de tout le bien-être et de toute la prospérité qui ont été créés, mais qui a également fait mûrir les problèmes que nous connaissons aujourd’hui.

Notre système n’est pas en panne, il fait exactement ce pour quoi il a été conçu. Un mauvais design est aussi un design.

Si nous regardons les experts (généralement des universitaires) qui sont impliqués dans la gestion de la transition ou la pensée systémique, nous constatons qu’ils reviennent presque toujours à une adaptation du processus qui constitue la base des sciences du design : le modèle du double diamant. Le grand avantage des sciences du design est que le processus a déjà été testé à de nombreuses reprises dans la pratique. Peut-être pas dans le cadre de la durabilité ou de l’innovation sociale, mais c’est simplement une question de changement d’orientation.

(source: Dan Nessler)

Dans le modèle du double diamant, vous vous concentrez d’abord sur la question du design (concevoir la bonne chose), et seulement ensuite sur la solution (concevoir les choses correctement). Cette dernière représente une forme très agile de gestion de projet.

L’essence d’un bon design n’est pas dans le résultat, comme avec la transition et la pensée du système. Le résultat n’est en fait pas intéressant.

Le design n’est pas une question de résultat, mais de réflexion
des hypothèses conscientes et inconscientes qui limitent notre pensée
lorsque nous prenons des décisions.

L’essence est la question de design qui a été posée. Le design n’est rien de plus que de rechercher comment, à partir de cette question et en tenant compte des parties prenantes, des budgets, du calendrier, des possibilités technologiques et ainsi de suite, nous pouvons concevoir une solution pertinente qui nous permet de vérifier si notre question était correcte.

Le design ne vise donc pas le résultat, mais bien le reflet des hypothèses conscientes et inconscientes qui limitent notre réflexion lorsque nous prenons des décisions. Le design doit à tout moment examiner la question de la conception et des erreurs de réflexion. Optimiser en fonction de l’intention, et non en fonction du produit.

Qu’est-ce qui rend le processus de design si approprié pour les soi-disant méchants défis ? Je pense qu’il y a trois éléments cruciaux qui ne sont pas explicites dans de nombreux processus :

  • Le design commence à partir d’inconnues inconnues
  • Il n’y a pas de solution unique dans la réflexion sur le design
  • Un design n’est jamais terminé

Si vous ne savez pas encore ce que vous ne savez pas

Au sein de nos méchants défis, tout est interconnecté. Cette interconnectivité crée un enchevêtrement de relations de cause à effet que même le meilleur penseur de systèmes ne peut pas résoudre.

Si nous faisons autant de recherches sur les chiffres et les conditions préalables, c’est simplement parce qu’il y a énormément d’inconnues.

Une des parties les plus frustrantes de la conception est juste que vous
mais à la fin d’un processus de conception savoir ce que vous devriez avoir étudié au début.

La grande différence entre la gestion de projet classique basée sur la pensée scientifique et la conception est que dans la conception de la pensée inconnues inconnues sont la règle plutôt que l’exception. Les concepteurs partent moins d’une hypothèse que d’hypothèses. Le mieux vous pouvez définir les hypothèses, mieux vous savez où les inconnues sont.

Une des parties les plus frustrantes de la conception est juste qu’à la fin d’un processus de conception, vous ne savez que ce que vous devriez avoir exploré au début (pour cette raison, par exemple, la pensée de conception est un processus plutôt inintéressant pour la science). C’est ce qu’on appelle le paradoxe du design. Les inconnues ne deviennent visibles (dans une certaine mesure) que par ce que vous découvrez en tant que designer dans le processus de génération d’idées, de prototypage et de test. Le plus tôt vous en tant que concepteur peut commencer à tester et prototypes de la pensée théorique, le plus d’inconnues que vous rencontrerez.

Reconnaître des inconnues inconnues comme une partie essentielle du défi et simplement le prendre dans le cadre de ce que vous créez est une force énorme qui peut donner à un projet la vitesse dont il a besoin.

William Bout/Unsplash (CC0)

Contexte, contexte, contexte

En plus des inconnues inconnues, il y a aussi la complexité des défis systémiques. Si souvent, nous sommes à la recherche de cette solution miracle. A la solution universelle qui, tout à coup, fera tout en ordre.

Si souvent, nous recherchons
cette solution miracle.
Pour la solution universelle
qui va soudainement tout arranger comme par magie.

Dans le monde du design, il y a (dans une certaine mesure) une compréhension que les questions complexes nécessitent des solutions complexes. Mais en même temps, en tant que designer, vous n’avez pas à développer chaque partie de ces solutions complexes.

Tout ce que vous concevez est par définition formé par un état d’esprit limité, des ressources limitées, une technologie limitée, etc. Si vous soumettez un problème de conception à 5 équipes dans 5 continents différents, il ne fait aucun doute que 5 résultats différents en sortiront également.

C’est parce que les concepteurs (idéalement) ne partent pas d’une image finale clairement définie, mais à partir d’une question de conception. Une question «comment pourrions-nous…?»

L’avantage d’une question « comment pourrions-nous » est que vous ne pouvez pas répondre oui ou non à elle. « omment pourrions-nous» vous oblige à réfléchir aux différents éléments qui se trouvent à la racine du problème, sans déjà proposer une solution.

Toujours en version bêta

Et un élément final, et à ne pas sous-estimer, de la conception est qu’il arrive toujours en version bêta. Un design n’est jamais fini.

C’est pourquoi le design exige une forme d’opportunisme pragmatique à un moment très important. Il n’y aura jamais un moment où tous les éléments sont parfaits et vous savez tout. Assez bon, c’est assez bon.

En tant que designer, vous arrêtez votre processus
parce que l’argent ou le temps est en place,
Jamais parce que c’est fait.
Il n’y a pas de fini.

Ce travail en version bêta supprime également beaucoup de stress que vous trouvez souvent dans les projets qui doivent être « finis » à l’achèvement. En tant que designer, vous arrêtez votre processus parce que l’argent ou le temps a disparu, jamais parce que c’est fait. Il n’y a pas de fini.

Et il y a un lien agréable avec la durabilité et l’innovation sociale. Les défis méchants ne sont pas nécessairement toujours urgents, mais ils sont toujours pertinents. Il n’y a pas de moment où l’égalité sociale sera « ésol », même si nous aimerions qu’elle soit.

Beaucoup de gens dans la durabilité étant ont peur de commencer, juste parce qu’il ya encore des erreurs dans leurs idées, conceptions et actions. Au niveau micro, le plus grand frein à l’innovation durable et sociale est rarement le cadre plus large (bien que nous aimons le mettre bas), mais nos collègues, amis et connaissances qui sont également concernés par la durabilité.

Ils seront les premiers à nous signaler à juste titre(souvent publiquement)tout ce que nous n’avons pas encore fait ou oublié. Nous sous-estimons souvent à quel point il est difficile d’être souligné à juste titre par votre propre réseau parce que vous essayiez de traduire le cadre théorique en pratique.

Ne voyez pas ces opinions comme une attaque personnelle, mais comme la rétroaction sur la conception qui était en version bêta de toute façon peut aider à le rendre plus facile à placer en premier, mais d’autre part aussi pour améliorer votre conception.

Et maintenant?

Lorsque Kate Raworth était récemment invitée à Gand, elle a terminé sa conférence (il faut le dire, très enthousiaste) avec la citation suivante :

« i être optimiste vous rend paresseux et se reposer à l’aise parce que quelqu’un d’autre va le réparer pour vous, et d’être un pessimiste vous rend paralysé et ne rien faire, que par tous les moyens être un militant.»

Je suis un grand fan de l’activisme. Du point critique du monde et d’autres pointent vers leurs responsabilités. Mais les militants luttent aussi parfois avec la différence entre la conscience et l’action. Je pense que l’avenir de l’activisme réside de plus en plus dans la fourniture de solutions. Dans l’entrepreneuriat.

Ne me méprenez pas, j’ai peu ou pas d’intérêt pour le statut de l’entrepreneur indépendant. Pour moi, l’essence de l’entrepreneuriat est une question d’entrepreneuriat. A propos de faire des choses. Traduire un problème en solution et atteindre le plus grand nombre possible de personnes avec cette solution. En plus de la conception, l’échelle. Pas nécessairement en grande, mais dans l’impact.

Mes héros dans le monde de la durabilité sociale et environnementale sont les gens qui osent sortir du cadre théorique et de chercher pragmatiquement des opportunités et les offrir aux autres. Les gens qui savent que ce qu’ils font ne suffit pas, que la solution a encore des erreurs, que tout peut toujours être amélioré, mais toujours le faire de toute façon.

Le plus dur, c’est de se montrer.