Les étudiants de Zuyd font la lumière sur Fun Beach

Le parc de loisirs Fun Beach à Panheel est considéré comme l’une des 10 meilleures plages des Pays-Bas par l’ANWB. Afin de maintenir cette réputation, Fun Beach accorde une grande attention aux déchets sauvages, à la manière de les éviter, de les ramasser et de les éliminer. Si possible, même circulaire. Une noble entreprise dans laquelle ils ont également réussi à défier sept étudiants en économie commerciale de l’université de Zuyd.

Fun Beach à Panheel n’est pas seulement un lieu réputé pour les événements en plein air, la plage de jour autour de l’eau naturelle offre un véritable Aquapark, des canoës, des sous-marins et des installations de détente. Et cela attire les gens. Et avec les gens, malheureusement, il y a encore des petits déchets qui traînent, dont beaucoup de mégots de cigarettes. La manière de le réduire, de le collecter et même de le recycler nécessite une approche approfondie. Dat bepleiten Michiel Dorn, Roy Heijnen, Bouke Mennens, Emmy Hodzelmans, Zoë Geurts, Lyno Spätjens et Jelle Teeuwen. Après tout, ces étudiants en économie commerciale ont travaillé sur des solutions innovantes pendant 20 semaines. Ces concepts sont nés de consultations hebdomadaires entre les sept étudiants et d’un brainstorming en communauté avec le client Fun Beach, les étudiants et les experts en enseignement de Zuyd. Par le biais du Design Thinking et sous différents angles, ils ont proposé des idées pratiques qu’ils ont ensuite développées en deux groupes.

CENDRIER DE PLAGE

Un groupe a cherché une solution technique pour faciliter le défrichage lui-même. Ainsi, avec une technique plus efficace, l’élimination des mégots et autres déchets peut être plus facile et plus rapide. L’autre groupe s’est concentré sur le changement de comportement. Faire en sorte que l’on jette moins de déchets doit être possible grâce à une communication intelligente. Une combinaison de ces deux éléments devrait alors conduire à une réduction optimale.

Le groupe qui s’est penché sur les techniques a proposé trois concepts : le cendrier de plage, le poteau à mégots et la zone non-fumeur appelée « zone verte ». La disposition et la conception d’une telle zone verte devraient encourager les visiteurs à utiliser les espaces non-fumeurs de manière positive. Un prototype du cendrier de plage a été développé à l’aide d’une imprimante 3D. Une fois rempli de sable, le cendrier reste fermement en place, et il est parfait pour produire de plus grandes quantités et les distribuer aux baigneurs rugissants. À la fin de la journée, les poubelles de plage peuvent être vidées et passées au crible dans un seau ou un récipient pour séparer le sable des mégots. Les mégots peuvent ensuite être collectés et transmis à une entreprise telle que PuriFunghi, qui réalise des œuvres d’art à partir de mégots de cigarettes. Outre les cendriers de plage, il est envisagé d’installer davantage de « mégots » dans les zones à forte concentration de visiteurs fumeurs.

SENSIBILISATION

Deux concepts concrets ont été développés pour sensibiliser aux comportements : une œuvre d’art circulaire et des infographies sur les déchets. Cette dernière vise à responsabiliser les invités de Fun Beach autour des « déchets ». Le message central : « Aidez, nettoyez ! »; doit s’adresser directement au visiteur et souligner la responsabilité commune, mais avec une approche positive.

Une œuvre d’art réalisée à partir de plastique recyclé ferait référence, dans sa forme, à un grand parasol de plage. Ici, les déchets plastiques collectés et recyclés seront présentés sous la forme d’un éventail coloré, trié par couleur, afin de créer un magnifique spectacle lumineux. Un concept de parasol qui doit être « instagrammable », afin de créer beaucoup de relations publiques sur les médias sociaux.

« Les étudiants ont effectué des recherches approfondies et ont trouvé des solutions surprenantes à notre problème de déchets », déclare Luc van Engelen, propriétaire de Fun Beach. « Des solutions avec lesquelles nous pouvons travailler de manière concrète. » En fait, Fun Beach a indiqué que tous les concepts présentés sont si précieux et utiles que deux étudiants, Zoë Geurts et Lyno Spätjens, les testeront et les mettront en œuvre, ainsi que les campagnes de communication interne et externe qui les accompagnent, pendant leur période de fin d’études, à partir de février. À partir de mai 2022, les mises en œuvre seraient déjà visibles sur la plage de jour Panheel de Fun Beach.

« Nous avons appris que chaque entreprise a intérêt à s’intéresser à la durabilité », répond Zoë Geurts. « Non seulement c’est bon pour l’environnement, mais cela contribue aussi à l’image de marque de l’entreprise. En outre, nous sommes plus conscients de tous les déchets que nous produisons et que nous rencontrons dans les rues. Il existe de nombreux petits ajustements que nous pouvons apporter à notre vie quotidienne et qui contribueront grandement à la durabilité. Nous serons tous confrontés à ce problème dans nos futures carrières, car il s’agit d’une partie tellement importante des affaires. J’ai été tellement inspirée que j’aimerais faire un master en durabilité ».

Michiel Dorn, Roy Heijnen, Bouke Mennens, Emmy Hodzelmans, Zoë Geurts et Lyno Spätjens, Jelle Teeuwen sont en tout cas enthousiasmés par leur mission. Ils espèrent également pouvoir faire quelque chose de valable pour la société en général à l’avenir et contribuer à stimuler les entreprises vers un entrepreneuriat plus circulaire.