Les étudiants sortent des sentiers battus pour Parbopack

L’entreprise néerlandaise Parbopack, spécialisée dans les présentoirs, les boîtes et les emballages personnalisés, a fait réfléchir des étudiants de dernière année de l’université des sciences appliquées de Zuyd. Quelles sont les possibilités de rendre le traitement des déchets plus durable ? Un numéro de Wanderful autour des flux résiduels de l’entreprise.

Keanu van Heugten, Cassidy Oosting, Vera Timmermans, Loek Wehrens – étudiants en dernière année d’économie commerciale à l’université de Zuyd – ont passé 10 semaines à s’attaquer à un problème de durabilité chez Parbopack. L’entreprise d’Ittervoort, aux Pays-Bas, est spécialisée dans les présentoirs, les boîtes et les emballages personnalisés depuis 1988 et est animée par l’innovation et le savoir-faire. Une entreprise avec du potentiel. Notamment en termes de durabilité. Les poinçons sur mesure, en particulier, ont été passés au crible. Ces poinçons sont utilisés, parfois une seule fois, par les clients, puis éliminés comme « déchets résiduels » (déchets de bois avec du fer). « Quelles sont les possibilités qui s’offrent à Parbopack pour rendre le traitement des déchets plus durable et réduire ainsi les coûts qui y sont associés ?

Après des recherches documentaires et qualitatives approfondies et la consultation de plusieurs experts, dont l’expert en durabilité Renske Cox, le groupe a repensé le « problème » en adoptant une nouvelle approche du processus de production et une nouvelle approche de communication correspondante : rendre visible sa stratégie de durabilité.

« Nous conseillons à Parbopack d’investir dans une découpeuse laser avec laquelle le carton peut être découpé et imprimé. En effet, le coût d’élimination des déchets de bois est d’environ dix mille euros par an et l’investissement d’une découpeuse laser est d’environ quinze mille euros. On peut donc estimer que l’investissement sera amorti en un an et demi », expliquent les étudiants.

« Cela rend le processus de production beaucoup plus durable car le bois et le fer des lames de coupe ne sont plus nécessaires. La découpeuse laser consomme de l’électricité et comme l’entreprise a opté pour des panneaux solaires, celle-ci est également fournie par une énergie renouvelable », poursuivent-ils. Ils veulent que cette durabilité soit communiquée par le biais du marketing en ligne. « De cette manière, il deviendra plus intéressant pour les clients de travailler avec Parbopack et il sera également possible d’attirer d’autres/plus de personnel. Après tout, travailler pour une entreprise durable devient de plus en plus important pour le personnel. »

« Cela rend le processus de production beaucoup plus durable car le bois et le fer des lames de coupe ne sont plus nécessaires. La découpeuse laser consomme de l’électricité et comme l’entreprise a opté pour des panneaux solaires, celle-ci est également fournie par une énergie renouvelable », poursuivent-ils. Ils veulent que cette durabilité soit communiquée par le biais du marketing en ligne. « De cette manière, il deviendra plus intéressant pour les clients de travailler avec Parbopack et il sera également possible d’attirer d’autres/plus de personnel. Après tout, travailler pour une entreprise durable devient de plus en plus important pour le personnel. »

Début février, de nombreuses présentations finales de diverses missions d’entreprise ont eu lieu à l’université de Zuyd, au cours desquelles Keanu van Heugten, Cassidy Oosting, Vera Timmermans, Loek Wehrens ont impressionné le jury. Le groupe d’étudiants avait élaboré à la fois les recommandations les plus utiles et les plus innovantes avec un plan de mise en œuvre et le brainstorming supplémentaire le plus approfondi. Ils ont reçu le prix du Zuyd Innovative Entrepreneurship Lab (ZIEL).

Pourquoi l’équipe Parbopack a-t-elle gagné ? « Grâce à leurs nouvelles connaissances et à leurs recherches, notamment avec de nouvelles entreprises comme partenaires potentiels, Marc Dijkstra, directeur de Parbopack, a pu commencer à travailler concrètement sur ce sujet. En marge des recherches des étudiants, cela a donné une nouvelle direction concrète aux partenariats intelligents dans le déploiement des nouvelles technologies. Ceci, combiné à la nouvelle stratégie de communication, laisse présager une croissance dans les années à venir que Parbopack envisage avec beaucoup de promesses… ».

Les étudiants voient le processus d’apprentissage autour de l’entrepreneuriat circulaire comme suit : « Nous avons beaucoup appris sur la biomasse. Et de Parbopack que le bois qu’ils utilisent. Nous avons commencé à faire des recherches sur la biomasse et cela nous a montré que la biomasse n’est pas du tout un moyen durable de traiter leurs déchets. En lisant certains rapports sur l’économie circulaire, nous avons également progressé dans ce domaine et acquis beaucoup de nouvelles connaissances à ce sujet. »

Pour Marc Dijkstra, directeur de Parbopack, cette coopération a été tout aussi instructive. « C’est spécial de voir comment ces étudiants abordent la question, et lorsqu’ils sont confrontés à des échecs, ils cherchent immédiatement d’autres possibilités », conclut-il.