Des déchets de fruits au sac à main

« On estime que 90 000 tonnes de déchets de fruits sont générés chaque année en Flandre », explique Evert Vanecht, chercheur au sein du groupe de recherche sur les ressources durables de l’UCLL dans le Limbourg. Il y a plusieurs raisons à cela; les résidus de récolte qui restent sur les terres, les fruits qui ne répondent pas aux critères de sélection de la vente de fruits, les fruits qui ne sont pas vendus dans les supermarchés et les fruits jetés dans les ménages au lieu d’être consommés.

KUYCKXMEERS sac à base de résidus de pommes

« Nos défis sont avant tout techniques : rendre le matériau aussi résistant à l’eau que le plastique et le cuir. C’est là que nous avons une alternative durable.

Evert Vanecht, chercheur au SEIN DU groupe de recherche sur les ressources durables à L’ucll dans le Limbourg

Evert étudie comment ce flux résiduel peut être valorisé d’une manière plus durable. A partir de pommes jetées, le groupe a développé le biomatériau Appeal qui présente un design semblable à celui du cuir, qui a la même résistance que le cuir artificiel et qui est complètement biodégradable. « Nos défis sont avant tout techniques », explique Evert Vanecht. « Si nous obtenons notre matériau aussi solide et résistant à l’eau que le plastique et le cuir, alors nous avons une alternative durable que nous pouvons offrir à l’industrie. Nous sommes maintenant à 14 newtons par millimètre carré, nous pouvons désormais accrocher un seau d’eau sur une bande de 8 centimètres sur 2.

La coopérative Belorta a investi dans la recherche Appeal et voit du potentiel pour ce biomatériau en tant qu’emballage pour les fruits et légumes. Des applications haut-de-gamme ont déjà été expérimentées également. Par exemple, la designer Anouck Kuyckx a fabriqué un sac à main à partir du biomatériau Appeal. Parallèlement, Evert et son collègue Joachim étudient comment intensifier la production de ce biomatériau.