Les étudiants élaborent une étude future pour un fabricant de lits et de canapés

« Et si deux entreprises de meubles limbourgeoises prospères unissaient leurs forces en matière de conception et d’économie circulaires ? Sur quoi déboucherait cette coopération ? » C’est le défi formulé par Circle Sector, le laboratoire vivant pour l’économie circulaire et affilié à la LUCA School of Arts, en collaboration avec Wanderful.stream. Un défi qui a attiré les étudiants en conception de produits hors de leur bureau..

Les deux entreprises ne sont pas les moindres : Indera (groupe MECAM) et Veldeman Bedding. L’histoire d’un projet d’innovation bêta de Wanderful.stream dans lequel les étudiants déterminent l’avenir.

Indera, l’entreprise phare du groupe MECAM, et Veldeman Bedding sont deux entreprises de mobilier de premier plan dans l’Euregion. Diriger en mettant l’accent sur l’innovation, la conception durable et l’économie circulaire. Mais que se passerait-il s’ils coopéraient entre eux ? Ou comment ces deux entreprises pourraient-elles formuler une ambition commune en matière de design ? À quoi pourrait aboutir cette hypothétique synergie ? Circle Sector et l’école des arts LUCA de Genk ont également trouvé là un point de départ alléchant. En collaboration avec Wanderful.stream, ils ont mis les étudiants en conception de produits au défi de formuler des réponses à ces questions hypothétiques.

PRO STUDIO

Dans le cadre d’un parcours d’innovation dit « bêta », la LUCA School Of Arts et Wanderful.stream invitent des dizaines d’étudiants à former cinq groupes. Cinq groupes composés d’étudiants en master de design de produits, soutenus par des bacheliers du même programme. Leur mission ? Pensez comme un studio de conception professionnel. Un studio avec des seniors et des juniors qui, sur la base du briefing du « client » – en l’occurrence le fabricant de canapés Indera et Veldeman Bedding – doivent trouver un concept, développer un prototype et présenter le tout de manière convaincante aux deux entreprises.

« Le briefing de toutes les équipes de conception était le même », explique Ben Hagenaars, conférencier et expert en conception circulaire. « Nous avons pu visiter les deux entreprises et examiner et analyser de près leurs processus de production. Veldeman Bedding et Indera sont tous deux engagés dans le design et l’économie circulaire. L’un comme fabricant de lits, l’autre principalement comme spécialiste de la fabrication de canapés de qualité. J’ai appris à connaître les deux entreprises dans le cadre de Wanderful.stream et il m’est rapidement apparu qu’elles étaient les partenaires idéaux pour une trajectoire d’innovation bêta qui s’inscrit parfaitement dans nos objectifs d’apprentissage. »

NOVUS

L’équipe Novus : Femke Ceulemans, Kaat Fabri, Nathan Vrebos, Reine Pinxten, Ellen Klinckhaemers, Isabel Deprez

Et, comme on peut s’y attendre de la part des étudiants, leurs réponses osent aller dans des directions totalement différentes. D’autant plus qu’il s’agit de scénarios spéculatifs. En tant que « studios de design professionnels » accomplis, ils ont en tout cas fait des analyses différentes du même briefing, comme l’a montré le moment du jury auquel Wanderful.stream a également participé. Alors que deux groupes ont proposé une sorte de canapé-lit modulaire ou multifonctionnel pour les chambres d’étudiants, un autre studio de design a créé un « outil de personnalisation » piloté par logiciel pour « re-marquer » les lignes de produits spécifiquement pour le marché des projets.

Avec « Nest », l’équipe de conception a pris une une grosse bouchée
du Donut-modèle
par l’économiste britannique Kate Raworth

« J’ai été surpris que l’on obtienne cinq histoires complètement différentes, malgré le même point de départ », note Carl Meers, du label Indera. Avec cette marque, il a une longue tradition de collaboration avec des concepteurs externes et des studios de ditto, mais sur les cinq studios d’étudiants, un seul semblait répondre de manière convaincante à ses attentes : Novus ‘collection 01’.

Novusutilise une sorte de meccano où une poignée de connecteurs suffit pour fabriquer différents cadres de meubles. D’une chaise basse à un canapé-lit,… Bien que la présentation se veuille convaincante, le plus intéressant se cachait juste en dessous de l’ensemble de la tapisserie.

LES LIBRES-PENSEURS

« Elle a en effet produit des résultats surprenants », convient Valerie Veldeman. « J’aime cette rébellion étudiante ou cette liberté de penser qui permet d’aller jusqu’au bout de sa propre histoire. Je suis donc d’accord avec le choix de « Novus », mais mon préféré est « Nest ». Car je perçois dans ce concept une dimension sociale très importante, qui, à mon avis, détermine ce que doivent être l’économie circulaire et le design durable.  »

L’équipe Nest : Siemen Vrancken, Fenia Proost, Tijl Custers, Luna Rits, Kato Herbots et Stijn Vos.

Avec « Nest », l’équipe de conception responsable a en tout cas pris une grosse bouchée du modèle Donut de l’économiste britannique Kate Raworth et du principe selon lequel il ne faut pas seulement respecter les limites écologiques du développement durable, mais aussi garantir une limite sociale inférieure – et c’est une idée nécessaire.

Afin de ne pas s’enliser dans un discours théorique, cette équipe d’étudiants a consulté le centre d’accueil de la Croix-Rouge à Heusden-Zolder. Ils y ont soigneusement analysé le contexte spécifique du « siège-lit » afin de proposer un siège-lit alternatif et durable. Faciliter de nouveaux liens sociaux grâce au canapé-lit était une noble réalisation. Le principe constructif a également littéralement innové avec un prototype ingénieusement assemblé qui utilisait un minimum de vis. Ils divisent le matelas en plusieurs blocs afin qu’ils puissent être utilisés comme coussins séparés sur le sol, et le plaid ou la couverture peut à son tour servir de tapis ou de pare-vue.

Nest » a convaincu le jury non seulement par son engagement social. Le prototype était étonnamment solidement construit avec une connexion en bois innovante, et il laissait de la place aux matériaux récupérés ou recyclés.

Cette ingéniosité technique, combinée à une vision originale de la double fonction d’un canapé-lit, aurait pu être appliquée ici au contexte très spécifique et multiculturel d’un centre d’accueil ; en fait, elle convient aussi parfaitement comme canapé-lit dans un logement étudiant ou même comme concept de chambre d’adolescent branché et dynamique. Avec peut-être une décoration plus à la mode. Et ce n’est pas tout : l’équipe du « Nest » avait également réfléchi à un modèle commercial dans lequel les ventes régulières de lits et de canapés de Veldeman Bedding et d’Indera faciliteraient le déploiement du « Nest » social.

Parmi les cinq concepts présentés, Novus et Nest méritent une étude plus approfondie. Car même s’ils donnent chacun leur propre interprétation d’une synergie encore hypothétique entre deux entreprises de meubles… dans l’abri de la LUCA School of Arts, cette voie d’innovation bêta peut encore germer. Ce sont ces designers en herbe qui sèment les graines de l’innovation pour l’avenir. Ce sont ces designers de la relève qui sèment les graines de l’innovation pour l’avenir, et si nous pouvons poursuivre dans la voie de leur réflexion sur le design durable et l’économie circulaire, c’est de bon augure.

@luca_productdesign, @circlesector, @lucaschoolofarts
photo’s: Claire Dekens
Alle credits voor de studenten van Team NOVUSFemke Ceulemans​, Kaat Fabri, Nathan Vrebos, Reine Pinxten, Ellen Klinckhaemers​, Isabel Deprez en Team NESTSiemen Vrancken, Fenia Proost, Tijl Custers, Luna Rits, Kato Herbots, Stijn Vos.